​Présentation de la rue et de ses arbres






Voici la description qu'en a fait une internaute sur son blog:

« C'est une rue assez longue, à cheval sur deux communes, qui relie la rue Rodenbach (Forest), à la très bourgeoise Place Brugmann (Ixelles). Ici, on ne fait pas semblant avec les plantations d'arbres: j'ai rarement vu une rue avec autant de végétation ! Quand on l'emprunte au printemps ou à l'été, on se sent comme "protégé" par un toit de feuilles.

C'est bucolique, un brin magique.


Et le style très néoclassique et "Art Déco" des immeubles tout au long renforce le charme de cette paisible artère.

Le type de rue qu'on serait ravi d'emprunter quotidiennement pour rentrer chez soi. »

source: https://en.yelp.be/biz/rue-berkendael-forest






95 % des arbres sont en bonne santé d'après une étude phytosanitaire réalisée par la commune de Forest. Ils ont encore une espérance de vie de 20 à 30 ans.

92 % des riverains veulent une solution de réaménagement de leur rue qui préservent les bouleaux existants tout en reconnaissant la nécessité d'abattre 3 arbres qui penchent. Pour le reste un élagage dans les règles devrait être effectué.

Un grand nombre de parents des enfants des l’École européenne ainsi que quasi tous les commerçants de la rue, de la Place Brugmann à la rue Rodenbach sont opposés à l'abatage des arbres.

Le Comité Brugmann – Berkendael – Albert souhaite trouver une solution proportionnée qui combine le maintien de la biodiversité, le respect du patrimoine et une sécurité maximale pour tous.

Nous reconnaissons la nécessité de conduire les travaux – mais cela ne requiert pas l’abattage
d’arbres cumulant 2.000 ans de vie!


Les travaux à réaliser

Sibelga:
Sibelga a déjà fait savoir qu’ils n’avaient besoin d’abattre que 3 arbres lesquels gênent le passage des camions pour effectuer les travaux, s'ils sont réalisés du côté de l'école.
La ligne HT franchit actuellement la route par deux fois, et est localisée dans la voirie. Il apparaît donc possible de mettre la nouvelle ligne côté maisons, en voirie ou au pire en trottoir.


Silbelga (DH. 27.03.17) a dit:


Chez Sibelga, on attend maintenant les autorisations communales avant de procéder aux travaux. « Nous avons signalé à la commune que certains arbres de cette rue ne poussent pas droit et que dans le cadre de la pose de câbles de haute tension, il était nécessaire d’abattre 4 ou 6 arbres sur un seul côté. Mais c’est la commune qui a prévu ces travaux et qui a décidé de l’abattage de tous les arbres », explique pour sa part Philippe Massart, porte-parole de Sibelga.


Il est incompréhensible qu’une commune dirigée par un bourgmestre « socialiste » et un premier échevin « écologiste » mène une politique qui va à l’encontre de l’environnement et tout particulièrement dans une rue qui est classée comme verte dans le nouveau Plan de Développement Durable de la Région Bruxelles-Capitale. A nos yeux, c’est inacceptable.

Vivaqua :
Les plans fournis par Vivaqua comportent de nombreuses erreurs quant aux implantations des égouts individuels.
Vétusté, travaux et charrois endommagent les canalisations. Elles laissent passer les substances organiques vers lesquelles les racines se ramifient.
Ce ne sont pas les arbres qui sont responsables des dégâts: les racines n’endommagent pas les canalisations étanches, elles les contournent.


La rue Berkendael à travers les âges

Dès le départ, la Commune de Forest a eu une approche étonnamment caractérisée par l’absence de la moindre considération pour le rappel d’ordre historique que constitue la présence remarquable des bouleaux dans la rue Berkendael. 


Sur cette carte postale du 19ème siècle, les arbres visibles sur le côté et à l’arrière d’une maison sont bien des bouleaux, apparus et maintenus là dans la campagne d’alors en raison de la nature particulière du sol et des particularités du terrain (écosystème).


Le philologue Adolphe Van Loey mentionne, dans sa ‘Studie over de Nederlandsche plaatsnamen in de gemeenten Elsene en Ukkel’, que cette appellation figure, sous la forme "Berckendal", dans un acte de 1445 des Greffes scabinaux de l’arrondissement de Bruxelles. Elle s’applique, selon Van Loey, à une étendue vallonnée et défrichée en vue de la cultiver. On commence à défricher en 1701 la lisière nord de la Forêt de Soignes, appelée la "Heegde", et qui englobe Berkendael.


Le tracé de la rue actuelle reprend approximativement une partie de l'ancien chemin dénommé ‘Berkendael Los’ (vallon aux Bouleaux), reliant la chaussée de Waterloo au Catteweg, un chemin menant au hameau du Chat à Uccle et qui correspondrait à l'actuelle rue de Rodenbach.

Berkendael Los’, ancien chemin de terre bordé de deux ou trois fermes (19èmesiècle).