Les prisons


UN PROJET IMMOBILIER A 1 MILLIARD D'EUROS


Dès 2014, on avait bien perçu que ce projet n'était qu'un prétexte pour élargir la voirie. On cherchait dans la bonne direction : l’École et les prisons et pour le bon motif, un passage plus aisé pour le charroi (les autocars et les camions). Dans l'état actuel, raccourcir les trottoirs de 20 ou 30 cm, amène les voitures en stationnement à toucher les arbres. Mais on aurait dû regarder un peu plus loin, voir les 10 hectares qui allaient être libérés une fois les prisons parties et leur énorme enjeu immobilier.

Ces quelques 100.000 m² appartiennent à l’État fédéral, pour 2/3 ils se trouvent sur la commune de Forest et pour 1/3 sur celle de Saint-Gilles. Le prix moyen du terrain au m² étant de 500 EUR cela donne une valeur foncière de 50 millions EUR. L’État fédéral le céderait d'une façon ou d'une autre à la Région à moins qu'il ne le vende directement à une société immobilière. Pour l'instant, il n'y a pas encore de plan définitif. On entend parler de logements de standing, de logements sociaux (un minimum de 15 %), de bureaux, d'un centre commercial, de tours, d'une extension de l’École européenne ou de l’École St-Luc, d'une crèche, ou d'un mix de tout cela (voir http://comitedefensesaintgilles.blogspot.be/search?q=prison). Et les 2 communes concernées, la Région et les différents partis politiques aux différents niveaux n'ont d'ailleurs pas la même vision ni le même appétit. Dans tous les cas, vu l'absence de conscience écologique à Forest, ce ne sera pas pour en faire un parc public…

Le tout récent plan régional de développement durable de la Région (PRDD) prévoit la réaffectation du site des prisons http://www.prdd.brussels/les-prisons-de-saint-gilles-et-forest et la création de 1.000 nouveaux logements soit 2 à 3.000 habitants (la densité  actuelle doublerait aisément) plus les bureaux, les commerces, les garages, les travaux de voiries, etc. (A Forest : appartement 2.000 EUR/m², bureau 1.800 EUR/m², commerce 1.700 EUR/m².)


C'est un jackpot à 500 millions d'EUROS au plus strict minimum…


Mais pour toucher le pactole, il faut amener tout ce petit monde, les voitures, les camions de livraison, les bétonneuses (il y en aura) par l'avenue de la Jonction et par la rue Berkendael trop étroite et où ces satanés bouleaux gênent.
Les bureaux d'architecture et les promoteurs immobiliers piaffent d'impatience...La commune aussi et ses calculettes ont chauffé depuis longtemps. Une étude commanditée par la Région en 2013-2014 auprès du bureau d'architecture MSA parlait de 900.000 m² constructibles et à ce jeu là, à 2.000 EUR/m², on arriverait à la coquette somme de 1,8 milliards d'EUROS.
http://www.ms-a.be/sites/default/files/downloads/MSA-booklet%202014%20URBANISME.pdf
https://sites.google.com/site/prisonsaintgilles/
http://perspective.brussels/fr/projets/poles-strategiques/prisons-saint-gilles-et-forest


LES PRISONS – DÉMÉNAGEMENT A HAREN OU PAS ?

Depuis fin 2016, les 3 prisons (Forest, Saint-Gilles et Berkendael) ont fusionné en une seule prison bruxelloise. L'objectif est de préparer leur déménagement vers la future méga-prison de Haren.
Dans la pratique, il n'y a déjà plus qu'un seul directeur principal qui gère les trois prisons regroupées. Actuellement, la prison de Forest est exclusivement une maison de peine pour hommes, la prison de Saint-Gilles une maison d’arrêt pour hommes, tandis que la prison de Berkendael accueille les femmes, prévenues ou condamnées.

Fort heureusement, la méga-prison de Haren est très loin d'être en service. Initialement prévue pour 2016, la première brique n’est toujours pas posée. Les travaux doivent durer normalement 3 ans. A Haren, des citoyens s'opposent à ce projet depuis 7 ans. Ils ont introduit plusieurs recours au Conseil d’État et comptent également profiter de cette période pré-électorale pour faire changer d'avis les politiciens. (Pour plus d'informations, lire leur très bon document ; c'est édifiant)
http://www.harenobservatory.net/IMG/pdf/20171012_megaprison_de_bxl_genese_d_un_crime.pdf
Si le projet de méga-prison à Haren devait en définitive ne jamais voir le jour, le projet immobilier sur le site des prisons Forest/St-Gilles tomberait également à l'eau. L'abattage des arbres de la rue Berkendael n'aurait alors été qu'un dégât collatéral d'une spéculation immobilière...